Aller au contenu

Signes de régression du sommeil chez les bébés

    L’enfance est une période de croissance et d’excitation, tant pour vous que pour votre bébé. C’est pourquoi le sommeil est si important à cet âge – il vous aide à récupérer et à refaire le plein d’énergie. Ainsi, lorsque votre bébé commence à refuser de dormir, à tergiverser, à se réveiller au milieu de la nuit ou même à se lever vers 5 heures du matin, cela peut sembler un peu inquiétant, surtout si votre bébé dormait bien jusqu’à présent.

    Si votre bébé a soudainement commencé à avoir des problèmes de sommeil, vous ne vous rendez peut-être pas compte de ce qui se passe.

    Si votre enfant n’est pas malade ou ne souffre d’aucun autre problème médical, il est probable qu’il s’agisse d’une régression du sommeil, surtout s’il a entre 18 mois et 2 ans.

    Nous allons vous expliquer ce qu’est la régression du sommeil et ce qu’elle n’est pas. Vous trouverez également des informations sur les signes de régression du sommeil et sur le moment où vous devez contacter votre pédiatre. Voici ce que vous devez savoir pour aider votre enfant à retrouver un sommeil plus réparateur et plus prévisible.

    Qu’est-ce que la régression du sommeil?

    À mesure que votre enfant change et grandit, ses habitudes de sommeil changent également. Il n’est donc pas surprenant que votre enfant connaisse de temps en temps une régression du sommeil. La régression du sommeil se produit lorsque votre enfant, qui dort habituellement bien, refuse soudainement de dormir, commence à se réveiller pendant la nuit ou se réveille pendant la nuit et refuse de se rendormir. Chez les enfants plus âgés, cela peut signifier qu’ils se réveillent la nuit ou qu’ils sont incapables de s’endormir à des heures régulières.

    Bien que la régression du sommeil puisse survenir à tout moment de la vie d’un nourrisson ou d’un enfant, elle se produit souvent pendant les périodes de croissance et de développement. Les autres facteurs qui peuvent affecter le sommeil et entraîner une régression du sommeil chez les nourrissons sont la dentition, les conflits familiaux, les déménagements, les voyages, le stress, la maladie et même les changements dans les habitudes quotidiennes. À l’exception de la poussée dentaire, ces facteurs peuvent également affecter les enfants plus âgés.

    La bonne nouvelle est que les régressions du sommeil sont généralement temporaires et ne durent pas longtemps. Si votre enfant a du mal à dormir, offrez-lui un beau cadeau de sommeil. Vous pouvez, par exemple, lui offrir un kit de bain. Il peut s’agir d’un gel douche pour bébé ou d’un bain moussant à l’effet apaisant. Vous trouverez de nombreux cadeaux utiles, par exemple pour les filles de moins de 3 ans, sur ce lien.
    Mais il est important d’exclure toute condition médicale avant de supposer que votre enfant souffre de régression du sommeil. En d’autres termes, recherchez les signes d’une infection de l’oreille ou d’un autre problème médical qui pourrait affecter le sommeil de votre enfant.

    En général, les causes les plus courantes de la régression du sommeil sont liées à des retards de développement. D’autres facteurs, comme un déménagement, l’arrivée d’un nouveau frère ou d’une nouvelle sœur ou même une visite de grand-mère, peuvent également avoir une influence. Les bébés et les enfants sont très doués pour détecter les signaux de changement.

    Si vous pensez que votre enfant a une maladie ou un autre problème médical, n’oubliez pas de contacter votre pédiatre. Il vous aidera à déterminer si la résistance ou l’incapacité de votre enfant à dormir est une régression du sommeil ou autre chose.

    Signes de régression du sommeil

    Au moment où vous pensez avoir réglé les problèmes de sommeil de votre enfant, il recommence à avoir des problèmes de sommeil. Qu’ils tergiversent à l’heure du coucher ou refusent de faire la sieste, ces troubles du sommeil peuvent vous laisser tous deux fatigués et frustrés.
    C’est pourquoi il est important de pouvoir discerner les signes de régression du sommeil, ainsi que de rechercher d’autres explications aux troubles du sommeil. Voici quelques-uns des signes les plus évidents de la régression du sommeil.

    Résistance au sommeil

    La résistance au sommeil est souvent associée à la régression du sommeil. Votre bébé est peut-être en train d’acquérir une nouvelle compétence ou il est excité à l’idée de prendre de nouvelles libertés, comme le fait de passer à un lit pour bébé plus grand. Ces nouvelles expériences et découvertes peuvent l’empêcher de se calmer et de s’endormir. La clé ici est d’être cohérent dans la routine de sommeil de votre enfant et même d’exiger le silence si votre bébé insiste pour dire qu’il n’est pas fatigué.

    Bien sûr, il est également important de réaliser que, parfois, il peut y avoir d’autres raisons pour lesquelles votre bébé résiste au sommeil. Si votre bébé dort les 11 à 14 heures recommandées et que vous essayez encore de le faire dormir deux fois par jour, cela pourrait signifier qu’il est prêt à passer à une seule sieste par jour, dit-elle. Et si l’enfant est plus âgé, cela peut signifier qu’il s’apprête à ne plus dormir du tout. Aussi difficile que cela puisse être de dire adieu aux siestes, il est important d’avoir des attentes réalistes vis-à-vis de votre enfant.

    Une autre raison pour laquelle les bébés résistent à la sieste est leur sentiment croissant d’indépendance et d’autonomie. Si vous pensez que c’est le cas de votre petit, elle suggère d’essayer de trouver des moyens de lui donner le contrôle, par exemple en le laissant choisir le livre à lire avant de se coucher.

    Réveil précoce

    Parfois, le fait de se réveiller tôt, par exemple à 5 ou 5h30 du matin, peut être un signe de régression du sommeil. Peut-être votre bébé apprend-il une nouvelle compétence et est-il impatient de commencer la journée. Ou peut-être que son indépendance naissante le pousse à sauter de son lit dès qu’il ouvre les yeux, juste parce qu’il le peut.

    Les réveils précoces peuvent également indiquer que les besoins de l’enfant en matière de sommeil ont changé : soit il ne dort pas assez et est trop fatigué, soit il se couche trop tôt et doit se coucher un peu plus tard. Là encore, M. Smith conseille de garder un œil sur les habitudes de sommeil de votre enfant.

    Vous devez observer combien de temps il reste éveillé avant et après le coucher, combien de temps il dort et à quelle heure il se couche le soir. Tout cela vous aidera à déterminer si votre bébé connaît une régression du sommeil, car son horaire de sommeil doit être ajusté.

    Retardement de l’heure du coucher

    Vous avez probablement entendu toutes ces excuses : « J’ai besoin d’un verre », « J’ai besoin d’aller aux toilettes » et « Encore un livre ». Les tout-petits sont connus pour leurs tactiques de retardement avant le coucher. Mais ces tactiques de procrastination pourraient être un signe de régression du sommeil.

    Peut-être que votre enfant teste simplement les limites. Ou peut-être lutte-t-il contre l’angoisse de la séparation et a-t-il besoin d’être un peu plus rassuré. Quelle que soit la raison, il y a quelque chose qui sous-tend la régression du sommeil, et une fois que vous aurez compris de quoi il s’agit, vous pourrez aider votre bébé à retrouver un sommeil normal.

    Si votre enfant tergiverse à l’heure du coucher, il est important de respecter la routine et de renforcer les limites du sommeil, comme rester au lit. Bien que les bébés aient naturellement du mal à comprendre où se trouvent les limites, ils se sentent en sécurité lorsqu’il y a des limites. En outre, le respect des règles permet de jeter les bases d’une bonne hygiène du sommeil, qui sera utile à votre enfant tout au long de sa vie.

    Procrastination à l’heure du coucher

    Vous avez probablement entendu toutes les excuses : « J’ai besoin d’un verre », « Je dois aller aux toilettes » et « Encore un livre ». Les bébés sont connus pour leurs tactiques de retardement avant le coucher. Mais ces tactiques de procrastination pourraient être un signe de régression du sommeil.

    Votre enfant teste peut-être simplement ses limites. Ou peut-être lutte-t-il contre l’angoisse de la séparation et a-t-il besoin d’être un peu plus rassuré. Quelle que soit la raison, il y a quelque chose qui sous-tend la régression du sommeil, et une fois que vous aurez compris de quoi il s’agit, vous pourrez aider votre bébé à retrouver un sommeil normal.

    Si votre bébé tergiverse à l’heure du coucher, il est important de respecter les routines et de renforcer les limites du sommeil, comme le fait de rester au lit. Bien que les bébés aient naturellement du mal à comprendre où se trouvent les limites, ils se sentent en sécurité lorsqu’il y a des limites. En outre, le respect des règles permet de jeter les bases d’une bonne hygiène du sommeil, qui sera utile à votre enfant tout au long de sa vie.

    Faire face au sommeil

    Tout le monde se réveille pendant la nuit, mais ceux qui ont de bonnes aptitudes à l’apaisement peuvent se retourner et se rendormir. Si vous constatez que votre bébé se réveille au milieu de la nuit et vous appelle, cela peut être dû à quelque chose d’aussi simple qu’une poussée dentaire provoquant une régression du sommeil. Dans ce cas, consultez votre pédiatre pour connaître la meilleure façon de traiter les molaires émergentes de deux ans.

    Comme nous l’avons mentionné précédemment, le passage des étapes du développement et l’anxiété de séparation peuvent amener les bébés à se réveiller la nuit et, à terme, entraîner une régression du sommeil. Pendant cette période, il est important d’être patient et aimant et de rassurer votre enfant. Mais n’oubliez pas que vous continuez à promouvoir une bonne hygiène du sommeil en les encourageant à apprendre à s’apaiser eux-mêmes et en ne les amenant pas dans votre lit.

    Procrastination à l’heure du coucher

    Vous avez probablement entendu toutes les excuses : « J’ai besoin d’un verre », « Je dois aller aux toilettes » et « Encore un livre ». Les bébés sont connus pour leurs tactiques de retardement avant le coucher. Mais ces tactiques de procrastination pourraient être un signe de régression du sommeil.

    Votre enfant teste peut-être simplement ses limites. Ou peut-être lutte-t-il contre l’angoisse de la séparation et a-t-il besoin d’être un peu plus rassuré. Quelle que soit la raison, il y a quelque chose qui sous-tend la régression du sommeil, et une fois que vous aurez compris de quoi il s’agit, vous pourrez aider votre bébé à retrouver un sommeil normal.

    Si votre bébé tergiverse à l’heure du coucher, il est important de respecter les routines et de renforcer les limites du sommeil, comme le fait de rester au lit. Bien que les bébés aient naturellement du mal à comprendre où se trouvent les limites, ils se sentent en sécurité lorsqu’il y a des limites. En outre, le respect des règles permet de jeter les bases d’une bonne hygiène du sommeil, qui sera utile à votre enfant tout au long de sa vie.

    Faire face au sommeil

    Tout le monde se réveille pendant la nuit, mais ceux qui ont de bonnes aptitudes à l’apaisement peuvent se retourner et se rendormir. Si vous constatez que votre bébé se réveille au milieu de la nuit et vous appelle, cela peut être dû à quelque chose d’aussi simple qu’une poussée dentaire provoquant une régression du sommeil. Dans ce cas, consultez votre pédiatre pour connaître la meilleure façon de traiter les molaires émergentes de deux ans.

    Comme nous l’avons mentionné précédemment, le passage des étapes du développement et l’anxiété de séparation peuvent amener les bébés à se réveiller la nuit et, à terme, entraîner une régression du sommeil. Pendant cette période, il est important d’être patient et aimant et de rassurer votre enfant. Mais n’oubliez pas que vous continuez à promouvoir une bonne hygiène du sommeil en les encourageant à apprendre à s’apaiser eux-mêmes et en ne les amenant pas dans votre lit.

    Quand faut-il appeler le pédiatre de votre enfant?

    En ce qui concerne la régression du sommeil chez les tout-petits, il est important de se rappeler que chaque enfant est différent. Certains enfants connaissent plusieurs régressions du sommeil tout au long de leur période de développement, et d’autres seulement pendant quelques jours.

    Cependant, une régression du sommeil ne doit durer que quelques jours. Si les troubles du sommeil de votre bébé semblent durer plus longtemps que prévu, vous voudrez peut-être parler de vos inquiétudes à votre pédiatre.
    Si les troubles du sommeil se produisent pendant trois jours consécutifs, ou s’ils sont plus fréquents que d’habitude, il y a de fortes chances que des ajustements soient nécessaires. Il est important de prêter attention à la raison pour laquelle cela se produit.

    Les troubles du sommeil de votre bébé peuvent avoir de nombreuses causes, dont beaucoup ne sont pas inquiétantes et peuvent être résolues en modifiant les conditions de sommeil ou la façon dont vous réagissez aux troubles. Mais il y a des cas où la cause est autre.

    Par exemple, les problèmes de sommeil sont plus fréquents chez les enfants qui ont des problèmes de santé, de développement ou de santé mentale. En outre, une étude a révélé que les troubles du sommeil chez les enfants de 18 mois peuvent être causés par la génétique, des facteurs environnementaux et même le comportement des parents.

    N’oubliez pas que des problèmes de sommeil persistants peuvent avoir un certain nombre de conséquences sur la santé. Des études ont montré qu’un sommeil de mauvaise qualité ou un sommeil réduit est associé à des difficultés d’apprentissage, sociales, de développement et de comportement, ainsi qu’à des anomalies de poids et à d’autres problèmes de santé.

    Résultats

    Les régressions du sommeil peuvent être difficiles et même fatigantes, surtout si elles perturbent aussi votre sommeil. Mais vous pouvez être sûr que ce ne sera probablement pas pour longtemps. Si vous êtes patient et cohérent, la plupart des problèmes de sommeil se résorbent en quelques jours ou semaines.

    Si les problèmes de sommeil de votre bébé persistent, ou si vous pensez que les troubles du sommeil peuvent être dus à une cause médicale (comme une otite), n’hésitez pas à contacter le pédiatre de votre enfant. Il peut évaluer l’état de votre enfant et vous orienter vers un conseiller en sommeil pédiatrique, si nécessaire.

    error: Content is protected !!