Aller au contenu

Comment gérer les humeurs des enfants

    L’obéissance doit être inculquée à votre enfant dès son plus jeune âge. De nombreux parents pensent que l’obéissance supprime l’activité et l’initiative de l’enfant. Mais l’indépendance d’un enfant doit être respectée en termes de moralité. Et celles-ci ne peuvent être apprises qu’avec l’aide des adultes.

    Enseigner le mot « non »

    Il est très difficile d’apprendre à votre enfant la bonne réaction au mot « Tu ne dois pas ». Il existe plusieurs moyens efficaces d’apprendre à votre enfant à obéir aux exigences des adultes. La première est de faire cesser immédiatement les actions inacceptables de votre enfant. Par exemple, les parents ne permettent pas à l’enfant de mettre une fourchette dans sa bouche ou de claquer la porte du placard. Si vous dites tous les deux « Vous ne pouvez pas » et que vous supprimez une action non désirée, avec le temps, elle deviendra une habitude. Bien sûr, vous ne devez pas vous attendre à un succès immédiat. Au début, votre enfant peut se sentir menacé par votre « non » et peut même s’enfuir.

    Déjà à deux ans, l’enfant comprend que le mécontentement des parents et le mot « non ». Il s’efforcera de ne pas causer d’ennuis à ses proches. En outre, la désobéissance peut avoir des conséquences désagréables pour l’enfant. Par exemple, si vous prenez un couteau, vous pouvez vous couper.

    A condition que les interdictions soient toujours combinées avec la cessation de l’action, l’enfant deviendra obéissant.

    Jessica a deux ans et a pris le journal de papa sur la table. Maman dit : « Tu ne peux pas, papa ne te laissera pas faire. « Tu ne peux pas, papa », répète la fille et la remet calmement en place. Si son père dit non, Jessica ne le dérange jamais avec ses demandes. Mais le maquillage de sa mère est impossible à arracher de ses mains. La fille pleure et pense que c’est injuste. Parce que sa mère la laisse parfois jouer avec ses rouges à lèvres.

    Il ne faut pas oublier que les enfants de 2-3 ans sont inconstants et souffrent d’une distractibilité accrue. Ils peuvent faire aujourd’hui des choses qui étaient interdites hier. Ces perturbations se produisent en raison de changements dans la situation de l’enfant. Par exemple, lorsqu’ils déménagent ou qu’une nouvelle personne rejoint la famille.

    De nombreux parents remarquent que les enfants se comportent différemment en présence d’invités. Les enfants peuvent même faire honte à leurs parents. Ne soyez pas effrayés dans ces situations! Les bébés sont juste excités et « se perdent ». Et la maîtrise de soi chez les jeunes enfants n’est pas encore bien développée. Sous l’influence de nouvelles expériences, ils ont des désirs qui n’existaient pas auparavant. Il est donc préférable de préparer votre enfant à cette visite.

    Les parents sont en visite et disent à Lily, âgée de trois ans: « Nous allons à la fête d’anniversaire de tante Maria, sois gentille. Ne prenez pas de fruits et de sucreries sur la table. Quand on vous donne quelque chose à manger, dites « merci ».

    Développer l’obéissance

    L’obéissance chez les enfants se développe progressivement. Il est bon que l’enfant soit exposé à des situations différentes. Cela permet à des motifs flexibles de se développer dans une variété de situations.

    Mais même une assistante maternelle idéale ne peut éviter les caprices. La façon dont ils se manifestent généralement est que l’enfant veut satisfaire ses propres désirs et ne réagit pas aux interdictions des adultes. Il est tout à fait naturel qu’un enfant ait un caprice car c’est un être actif. Face à un interdit ou un obstacle, l’enfant cherchera à le surmonter par tous les moyens, en utilisant souvent les pleurs et les cris.

    L’obéissance des enfants dépend de nous, les adultes. Si vous aimez votre enfant d’un amour exigeant et que vous savez dire un « non » ferme, il est assez facile de régler l’éducation de l’enfant avec des mots. Si vous remettez à plus tard l’éducation de votre enfant, il sera beaucoup plus difficile d’expliquer à votre enfant pourquoi il doit soudainement vous obéir.

    Combattre les émotions négatives

    Les crises de colère chez un enfant ne se produisent généralement qu’au cours de la première ou de la deuxième interdiction. Par la suite, il s’y habitue et les considère comme suffisants. Mais c’est au début que le bébé peut avoir des émotions négatives et essayer de faire le contraire.

    Papa et Jack, 3 ans, marchent de la maternelle à la maison de la grand-mère. Au même moment, le garçon crie : « Je veux aller voir maman! Je ne vais pas chez grand-mère ! » L’enfant sait que sa maman travaille de nuit aujourd’hui, mais il continue à être grincheux. Papa veut détourner son attention : « Regarde, quel oiseau vole ! » « Ce n’est pas un oiseau ! » – Jack pleure. « Regarde comme c’est beau ! » – poursuit son père. « C’est moche ! » – répond l’enfant. « Jack, tu es un bon garçon ! » – « Je suis mauvais. »
    Dans ces moments-là, lorsqu’un enfant est bouleversé, il peut même ne pas vouloir faire ce qu’il a l’habitude de faire. Mais cela passe généralement rapidement le jour suivant.

    L’essentiel pour surmonter les humeurs n’est pas la fréquence des interdictions, mais leur cohérence. Si les interdictions alternent avec des permissions périodiques, l’enfant s’efforcera constamment d’obtenir la permission. Cela contribue à l’entêtement.
    En outre, les interdictions ne doivent pas être contradictoires. Si un parent autorise et que l’autre interdit, l’enfant tentera d’obtenir le soutien du premier. Et les exigences de la seconde seront considérées comme injustes.

    Si votre enfant a plus de trois ou quatre ans, un fort sentiment de rancœur peut provoquer une interdiction, ce qui n’est pas le cas dans les autres familles. Surtout si l’enfant est souvent dans cette famille. Les exigences des parents qui communiquent entre eux doivent donc être aussi uniformes que possible.

    Caprice ou besoin naturel?

    Il n’est pas rare qu’un enfant soit méchant parce que les exigences qui lui sont imposées sont trop grandes. Par exemple, ils n’ont pas faim et on les oblige à manger. Si un enfant est constamment réprimé de cette manière, il sera traumatisé psychologiquement.

    Certains parents interdisent à leurs enfants de jouer bruyamment, de toucher les meubles polis ou de s’asseoir dans un fauteuil. Cela supprime le besoin naturel de bouger. N’en faites pas trop, car l’activité et la mobilité sont essentielles au développement normal de l’enfant. Les interdictions fréquentes épuisent le psychisme de l’enfant.

    Rappelez-vous que frapper un enfant – ce n’est pas une solution. Une telle erreur pédagogique peut provoquer du ressentiment, voire de la haine envers les parents. Les enfants qui ont un système nerveux de type fort deviennent aigris. Ceux qui ont un type faible deviennent soumis, mais aussi hésitants et craintifs.

    Si possible, il est préférable d’expliquer les conséquences de la désobéissance. Vous pouvez même laisser l’enfant faire ce qu’il insiste à faire.

    Par exemple, Igor, âgé de quatre ans, a reçu des skis. Il pleure et insiste pour aller skier. Ils lui expliquent que c’est l’été dehors. Mais il continue à être vilain. Puis sa mère lui dit : « Très bien, va faire un tour. Dans 20 minutes, l’enfant rentre à la maison et dit : « Tu ne peux vraiment pas aller faire un tour maintenant ».

    Lorsque l’enfant est de bonne humeur, il se plie plus facilement aux exigences des parents. C’est pourquoi un environnement psychologique favorable est si important.

    Jusqu’à l’âge de trois ans, les caprices des enfants sont facilement arrêtés par la distraction. Cette méthode est efficace car le psychisme d’un enfant est très mobile et distrait.

    Les enfants peuvent facilement passer à un autre sujet. Après l’âge de trois ans, les enfants acquièrent une certaine estime d’eux-mêmes. Et j’ai besoin de l’utiliser. L’enfant veut préserver sa réputation devant ses proches, et maintenir une opinion positive de lui-même. Rappelez donc souvent à vos enfants combien ils sont bons et obéissants.

    Pas besoin d’insulter et d’humilier les enfants. Cela est douloureux pour leur estime de soi. C’est une partie importante du processus éducatif que d’utiliser le sens de la dignité qui se développe chez les enfants. Les parents doivent être conscients des caractéristiques psychologiques de leurs enfants qui contribuent à la formation de sentiments moraux.

    error: Content is protected !!