Aller au contenu

5 façons de gérer les crises de colère d’un enfant

    Vous emmenez votre enfant au magasin, vous vous promenez, vous faites le tour du centre commercial, vous faites la queue au centre de santé. Le soleil brille paisiblement au-dessus de votre tête, et tout va bien. Et tout à coup, quelque chose s’empare de l’enfant, il se met à crier, à exiger quelque chose, peut tomber par terre et donner des coups de pied… La femme a l’impression que les gens la regardent et la jugent: vous êtes une mauvaise mère, et l’enfant n’a pas un bon caractère… Elle veut s’écrouler sous terre de honte. Au même moment, l’enfant crie…

    Que conseillent les psychologues dans une telle situation?

    5 façons de gérer les crises de colère d’un enfant

    Restez calme

    L’enfant fait une crise de colère, mais vous devez essayer de ne pas « attraper » ce qui se passe. Restez calme. Il ne s’agit pas d’être une idole imperturbable. Pas du tout. Il faut essayer de contenir l’agacement, de ne pas perdre la tête, de ne pas se décourager, et en même temps de ne pas être indifférent et distant.

    Certaines mères commencent à s’agiter et regardent les autres. D’autres sifflent de colère et d’irritation à l’encontre de l’enfant: « Allez, lève-toi, arrête de me faire honte ». D’autres peuvent se mettre à crier pour que l’enfant s’arrête. Vous avez peut-être aussi des connaissances autour de vous qui vous disent: « Laisse-le, laisse-le reposer là. Il se lèvera et vous suivra de toute façon. Ou bien des passants inquiets peuvent intervenir, rendant la situation encore plus difficile.

    Votre objectif est de ne pas vous embrouiller, de ne pas paniquer, de ne pas vous énerver et de regarder ce qui se passe à travers « vos » yeux, et non ceux d’un passant qui vous juge. Gardez la tête froide, restez calme, même si c’est difficile.

    Soutenir l’enfant

    Oui, oui, du soutien. Vous êtes difficile, vous êtes agacé, mais votre enfant se sent mal aussi. Il suffit de regarder l’enfant de deux ans qui rougit et crie pour comprendre qu’il ne se contrôle pas, qu’il veut crier, pleurer, se mettre en colère en même temps. Ce n’est pas facile pour vous et ce n’est pas facile pour l’enfant. Pour soutenir votre enfant, vous devez vous pencher sur lui, le regarder dans les yeux, le prendre par les mains, le serrer dans vos bras, le caresser.

    Et essayez de parler à votre enfant d’une voix calme et apaisante. C’est ainsi que vous donnez à votre enfant un message d’encouragement: « Il t’arrive quelque chose, tu ne te sens pas bien, mais on va régler ça, je suis là pour toi ». Il est important « d’être » avec votre enfant dans son état aussi longtemps que nécessaire, de ne pas avoir peur des cris et des larmes, et de ne pas essayer de les arrêter immédiatement et de les faire cesser.

    Essayez de donner un sens aux crises de colère de l’enfant

    Cela doit aller de pair avec le soutien. La crise de colère d’un enfant a toujours une signification et il est important que la mère la comprenne. Par exemple, vous êtes dans un magasin et votre enfant demande quelque chose qu’il n’a pas le droit d’avoir ou que vous ne voulez pas qu’il ait. Il commence à crier et à exiger, en espérant que vous lui donnerez quand même ce qu’il veut. Une autre situation est celle où tout semble aller bien, mais où l’enfant devient soudainement hystérique, lance des jouets, et il est difficile de comprendre ce qui se passe. Il faut demander à l’enfant pourquoi il fait cela et ce qu’il veut. En général, les enfants plus âgés peuvent répondre assez clairement à ce qui leur est arrivé.

    Avec les plus jeunes, il faut parfois deviner par soi-même. Pour ce faire, vous devez reconstituer le contexte. Par exemple, votre enfant a peut-être simplement faim, il est fatigué, il n’a pas bien dormi, il ne veut pas quitter la promenade, il ne veut pas être distrait par un jeu intéressant. Il s’est peut-être senti négligé par vous toute la journée, ou vous l’avez préféré à un frère ou une sœur, et une parole ou une action de votre part est devenue la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

    Si vous avez des suppositions ou des explications, il vaut la peine d’essayer de les transmettre calmement à votre enfant. Un jeune enfant ne comprend souvent pas ce qui ne va pas, et les bons mots et les bons gestes de sa mère peuvent l’aider à se calmer. Par exemple, il peut s’agir de phrases telles que: « Je comprends que tu veuilles ce jouet, mais nous ne l’achèterons pas aujourd’hui » ; « Tu sembles être fatigué et tu as besoin de te reposer »; « Tu sembles ne pas vouloir quitter la promenade, te séparer de tes amis, mais nous devrions rentrer à la maison, tu dois déjeuner », etc.

    Vous devez répondre calmement et sévèrement.

    Négociez avec votre enfant

    Il y a autant de situations que d’accords. Il est important de comprendre ce qui va « fonctionner » avec votre enfant:

    – Proposez une alternative. Par exemple, un enfant exige un jouet coûteux que vous ne voulez pas acheter. Vous pouvez répondre de cette façon: « Nous n’achèterons pas ce jouet aujourd’hui, mais nous pouvons chercher un nouveau ballon que tu désires depuis longtemps. Si l’enfant pique une colère parce qu’il ne veut pas jouer au jeu proposé, vous pouvez chercher un autre jeu. Votre enfant ne veut pas aller au lit.

    Vous pouvez suggérer de lire le livre préféré de votre enfant ou une autre histoire avant d’aller au lit. Attention. Ne faites pas l’erreur de nombreux parents qui « cèdent » aux colères de l’enfant et cèdent à ses désirs. Les crises de colère sont un sujet très délicat. Restez calme, essayez de comprendre les sentiments de l’enfant, trouvez la meilleure façon de sortir d’une situation conflictuelle, trouvez un compromis entre vos désirs et ceux de l’enfant.

    Mais si vous ne supportez pas les cris de l’enfant et qu’au moment où il pique une colère, vous êtes prêt à satisfaire n’importe quel souhait de l’enfant qui crie juste pour le faire taire, sachez que cela aura de mauvaises conséquences. « Je vais te donner un bonbon, tais-toi », « Voici ton jouet, arrête de crier » – la mère est prête à tout pour que les crises cessent.

    Une telle mère est elle-même irritée et se sent impuissante. Elle fait comprendre à son enfant, par ses paroles et ses actes, qu’elle n’est pas prête à faire face à sa mauvaise humeur.

    Et cette situation a deux effets secondaires désagréables : premièrement, l’enfant comprend que ses parents ne peuvent pas supporter sa colère, ses désirs et ses exigences, et qu’il y a quelque chose de mal dans ses sentiments ; deuxièmement, l’enfant saisit le lien logique, ressent la « faiblesse » de sa mère et peut commencer à utiliser la crise de colère comme un outil pour obtenir ce qu’il veut.

    – Distrayez l’enfant. Cela revient à proposer une alternative, et c’est ce qui a le plus de chances de fonctionner avec les jeunes enfants. En bref, vous devez montrer à l’enfant autre chose, une distraction, quelque chose qui pourrait l’intéresser. Donnez-leur quelque chose dans les mains pour « changer ». Cela vaut la peine de le faire lorsque l’enfant ne se calme pas.

    Ne punissez pas votre enfant lorsqu’il fait une crise de colère

    Lorsqu’un enfant pique une colère, il est généralement incontrôlable et le chaos émotionnel fait des ravages en lui. Et si le parent ne calme pas l’enfant, mais se met plutôt en colère et le punit, ce qui se passe devient un double problème. L’enfant a le sentiment que le parent a rejeté ses souhaits, qu’il peut être puni pour avoir manifesté sa volonté, que ses sentiments et ses souhaits sont gênants, indésirables, une nuisance.

    Dans cet état, l’enfant ne comprend pas la situation. Et si l’enfant est allongé et donne des coups de pied et que le parent répond en criant: « Pas de dessins animés aujourd’hui! Je te punis! », ce n’est pas une solution constructive à la situation.

    Enfin, il convient de préciser que les crises de colère chez les enfants à partir d’un an et demi sont absolument normales. L’enfant commence à se rendre compte de lui-même, de ses limites, il essaie d’insister sur ses désirs, il teste la force des parents, il peut protester contre la discipline … Et la tâche des parents est d’être calmes, stricts et autoritaires, et en même temps de donner à leur enfant de l’amour, de montrer du respect pour ses désirs et ses sentiments. Et cela signifie supporter les crises de colère de l’enfant.

     

    error: Content is protected !!